Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • taneb
  • psychanalyste / helléniste / marin / père / grand père / jazzeux   / professeur / clinicien / époux/ motard / épris /
  • psychanalyste / helléniste / marin / père / grand père / jazzeux / professeur / clinicien / époux/ motard / épris /

 

BsaBlueStarWeb

 

violoncelle.jpg

 

Renault_4CV_3.jpg

 

MachIII.jpg

Recherche

ARTÉMIS

Artemisjpg

Doisneau/baiser/fragment

Doisneau---bacio-hotel-de-ville.jpg

Pages

Petit temps...

passagersvent.jpg

Modigliani...

Amadeo_Modigliani_062.jpg

Aïki-do

Kiyota2004Katana.jpg

 

aikido.jpg

29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 10:45

Bien chers vous,

voici le lien pour -ô joie!- compulser l'ensemble du cours. Lisez-le sur écran, sauf si vous avez de bonnes réserves d'encre -fond noir!-.

http://www.taneb.org/2014/10/ensam-octobre-2014.html

Si vous voulez approfondir, il n'est pas interdit de parcourir ce blog, les sites de l'INSERM, du CNRS, et toutes les bibliothèques que vous trouverez... VIVE LA CULTURE!

ENSAM / 30 septembre 2015
Scribe

Scribe

Partager cet article

Repost 0
Published by taneb
commenter cet article

commentaires

11 29/09/2015 23:46

Est-ce que selon vous, pour pouvoir être "heureux" et profiter de la vie pleinement, il faut pouvoir accepter l'ignorance ( celle des autres et la nôtres ?) ? La pose de questions existentielles bois empêchent-elle pas d'avancer et de voir le monde plus simplement où doit on le voir dans sa complexité ? La simplification n'est-elle pas moyen facile de détourner les problèmes auxquels l'ont ne peut répondre ?
Bisou d'une de vos anciennes élèves qui se pose parfois bien trop de questions.

taneb 30/09/2015 07:48

Bonjour! Bonne question. Ici la problématique n'est pas sur "le Bonheur", mais sur ... l'efficacité médicale, technique et scientifique. Dans ces domaines, la simplification est toxique. Pour le Bonheur, je reconnais que "la joie d'oublier" est parfois nécessaire, mais -je ne puis l'affirmer, c'est une position empirique, à 65 ans!-, l'"oubli", la "simplification" doivent être un acte volontaire, pensé: je dis souvent à mes patients, me l'applique à moi même: "PEU IMPORTE": je "simplifie" EN AVAL", cette hiérarchie accepte les éléments "traumatisants" et blessants, mais une fois envisagés, "parlés", "verbalisés", on peut les "oublier", au sens où ils sont rangés dans un "grenier mental". Je vous renvoie à l'article sur "le stress post traumatique". A contrario, les personnes qui sont dans l'illusion "EN AVAL" (simplification à outrance, déni, dénégation) le payent très cher un jour. C'est tout ce que je puis dire, on peut échanger plus avant par courriel, si cela vous dit. Quelle est votre position? Cordialement. JP